Prosveta

Pensée du mardi 21 octobre 2014

la Mort ne libère vraiment que celui qui a déjà appris à se libérer - L’existence humaine est comme une pelote en train de se dérouler : au début le fil est solide

L’existence humaine est comme une pelote en train de se dérouler : au début le fil est solide, mais au fur et à mesure du temps il s’amincit jusqu’à se rompre, puis c’est la fin. Cette fin, chacun doit s’y préparer pour ne pas être effrayé le jour où l’ange de la mort viendra le prendre par la main, en lui disant : « Sors de cette prison où tu t’étais enfermé. Va maintenant, tu es libre. » Mais il ne suffit pas de quitter son corps physique pour se libérer. La mort n’est une véritable libération que pour celui qui, pendant son séjour sur la terre, a su faire un travail intérieur pour se débarrasser de ses faiblesses physiques et psychiques. Si vous êtes venu vous incarner, c’est justement pour travailler à votre libération, pour donner à votre âme et à votre esprit de plus en plus de possibilités de triompher de la matière. Alors, quand viendra la fin, vous partirez avec la sensation que là où vous allez, vous êtes attendu. Et puis, un jour, après un certain laps de temps, vous reviendrez continuer votre travail.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur