Prosveta

Pensée du vendredi 1 avril 2016

la Terre - la considérer seulement comme le lieu de notre travail

Si tant de gens s’accrochent désespérément à la vie, c’est qu’ils ignorent qu’elle ne s’arrête pas avec ce qu’il est convenu d’appeler la mort. Ils sont même capables de commettre tous les crimes pour subsister. Mais ils contractent ainsi des dettes karmiques qu’ils devront payer dans une prochaine incarnation. Le disciple d’une École initiatique a, lui, une autre philosophie. Il se dit parfois : « Quelle corvée de vivre sur la terre ! On est limité, bafoué, violenté, tourmenté, écrasé. » Mais il sait aussi qu’il est là pour faire un travail et réparer ses erreurs du passé. Alors, il accepte en pensant que lorsqu’il aura terminé ce travail, il pourra vivre libre dans l’espace et la lumière. Voilà la vérité que connaissent les spiritualistes. C’est pourquoi, même s’ils savent que la vraie vie est ailleurs, ils sont convaincus d’avoir quelque chose à faire sur la terre. Tant qu’ils n’ont pas tout réglé, tant qu’ils n’ont pas fini le travail que le Ciel leur a donné, le reste leur est indifférent. Ils ne se demandent pas s’ils préfèrent vivre ou mourir, ils veulent seulement finir leur travail. Mais dès qu’il est terminé, avec quelle joie ils s’en vont, parce qu’ils savent que la terre ne vaut pas la peine qu’on s’accroche à elle.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur