Prosveta

Pensée du jeudi 30 juin 2011

Paradis - analogie avec le symbole d’Isis dévoilée

Quels sont les croyants qui ne rêvent pas du Paradis ? Mais en même temps, ils s’en interdisent l’entrée, car ils continuent à accumuler des impuretés en eux. Seul celui qui travaille à rétablir sa pureté originelle entendra un jour Dieu Lui-même lui dire : « Viens, entre et regarde ». Et que verra-t-il ?... Des corps de lumière. Dans le Paradis tous sont nus, revêtus de lumière. Le seul vêtement des anges est la lumière, car la lumière est la matière même de leur corps. Les mystères antiques présentaient la déesse Isis revêtue d’un voile que seuls les grands-prêtres, les hiérophantes, étaient autorisés à ôter. Cela signifie que celui qui veut contempler la Divinité doit être lui-même nu, c’est-à-dire pur, sinon elle restera toujours voilée pour lui et il ne parviendra pas à découvrir ses secrets. Au fur et à mesure qu’un être se purifie, Isis se dévoile devant lui ; alors il voit, il comprend, et tout ce qu’il vit n’est plus que lumière et joie. C’est cela véritablement le Paradis.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur