Prosveta

Pensée du vendredi 16 juin 2017

la Vie universelle - c’est dans ce sens que nous devons travailler

Sous prétexte d’indépendance, de liberté, beaucoup de personnes refusent de participer à la vie collective. Eh bien, ces personnes ne savent pas à quel point, au contraire, elles se limitent. Comme des enfants, elles se meuvent dans le petit cercle de leurs sentiments, de leurs désirs, de leurs convoitises. Quelle pauvreté, quelle misère ! Cet état de limitation est normal pour l’enfant, mais il ne l’est pas pour l’adulte. L’adulte doit se montrer capable de penser à d’autres êtres : d’abord, bien sûr, une famille, mais aussi des voisins, des amis, des collègues de travail, des concitoyens… et même là, c’est encore très peu. Le cercle doit s’élargir de plus en plus et, au-delà de la patrie, de la race, s’étendre à l’humanité entière… jusqu’à embrasser l’univers, l’infini… Rares sont les êtres qui sont parvenus au-delà de toutes les limitations, ceux dont les pensées, les désirs tendent vers l’universalité, mais voilà dans quel sens il faut s’efforcer de travailler.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur