Prosveta

Pensée du mardi 22 février 2011

Non-violence - conditions pour qu’elle soit applicable

Un certain nombre de problèmes ne peuvent être vraiment résolus qu’à l’échelle mondiale. Prenons la philosophie de Gandhi, par exemple, la non-violence : elle a porté ses fruits dans certaines conditions historiques, mais d’une façon générale la non-violence est dangereuse pour un pays. S’il est le seul à la pratiquer, il risque d’être anéanti, car les voisins, cupides, violents, cruels, n’auront aucun scrupule à massacrer ces pauvres malheureux qui refusent de se défendre. La non-violence est une philosophie qui est bonne individuellement, c’est-à-dire pour quelqu’un qui veut dompter sa personnalité et évoluer plus rapidement en renonçant à tous ses intérêts matériels, mais elle ne résout pas le problème de la guerre dans le monde. Si toutes les tentatives diplomatiques pour éviter un conflit ont échoué, un peuple qui décide de ne pas se défendre sera rapidement anéanti, politiquement, économiquement et physiquement. Pour qu’elle devienne réellement efficace, il faut que la philosophie de la non-violence devienne collective, mondiale, qu’elle ne reste pas seulement dans la tête de quelques idéalistes, sinon rien ne changera vraiment.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur